Municipales : Manifestation aux abords des écoles pour dénoncer la pollution de l’air


Nous continuons notre série d'articles sur l'environnement dans le cadre des élections municipales des 15 et 22 mars 2020. Après nos articles sur la pollution lumineuse en France qui déstabilise la biodiversité et sur le lancement des prototypes de puits de carbone notamment en milieu industriel, nous revenons sur des manifestations organisées fin janvier par des associations écologistes qui dénoncent la forte pollution de l'air aux abords des écoles dans les métropoles.

Manifestation d'Alternatiba devant le collège Jean Macé à Perpignan pour dénoncer la pollution de l'air. 27 janvier ©Alternatiba/facebook

Des manifestations organisées par des militants écologistes se sont tenues fin janvier dans plusieurs métropoles pour dénoncer la pollution de l'air notamment après la parution en décembre 2019 du classement de Greenpeace des 12 plus grandes villes françaises et leurs actions pour lutter contre la pollution. A Paris le 21 janvier, à Perpignan le 27 janvier, les militants entendent peser dans le cadre des élections municipales et pousser les candidats investis à s'engager de manière concrète sur la question environnementale en milieu urbain.


Mené par le collectif "La rue est à nous", une action autour de plusieurs écoles situées en zone polluée dans une dizaine de villes a eu lieu en France à l’initiative d’Alternatiba et de Réseau Action Climat. « Alors que les transports représentent la première source d’émission de gaz à effet de serre en France [31% ndlr], et creusent les inégalités sociales en étant le second poste de dépense des ménages, les candidats aux élections municipales peuvent et doivent prendre des engagements concrets pour réduire la place des véhicules les plus polluants et développer les mobilités alternatives », explique Réseau Action Climat. La question environnementale mise en avant par les associations écologistes et des citoyens conduira-t-elle les candidats à s'engager sérieusement ? Candidate à sa réélection à la mairie de Paris, Anne Hidalgo a proposé la même semaine, en réponse, de supprimer 60 000 places de stationnement dans la capitale.

"Des citoyen.ne.s engagé.e.s pour que les transports ne se fassent pas au détriment du climat, de notre santé ou de notre sécurité".

"La rue est à nous"

"La rue est à nous" est un collectif parisien qui milite notamment pour la réduction de moitié des places de voitures et de deux roues motorisés à Paris. Il milite dans le cadre des élections municipales de Paris pour que les candidats s'engagent en faveur de la "suppression du trafic routier autour des écoles et la réduction du trafic au plus vite, et la mise en place d'un Réseau Express Vélo, l'amélioration en maillage et qualité des transports en commun". Elle agit en collaboration avec des associations comme Alternatiba ou Greenpeace.


#PanoramaMédia

Un sujet à aborder ?

Contactez-nous

2020 ©Panorama Média, panoramamedia8@gmail.com